Actions et pétitions
_____________________________


Avril 2019

Plougonvelin

Encore une démolition programmée !

Nous sommes ici dans un charmant petit village du Finistère, plus exactement à Plougonvelin.

C'est une histoire banale, celle d'une petite école datant du XIXème, une de ces "écoles du diable", ainsi nommée car première école laïque de la commune.

Comme partout, on veut moderniser "le coeur de ville"(photo 4) et bien entendu, se débarrasser de "l'encombrant" petit patrimoine qui fait pourtant partie intégrante de l'histoire du village.

Cette école est toute petite, à peine trois classes, donc, facile à réhabiliter. Parmi les projets de réaffectation proposés par les associations de sauvegarde locales, un syndicat d'initiative serait une bonne idée, car il y en a un sur la plage l'été, mais aucune structure pour l'hivers alors que de nombreux touristes viennent ici toute l'année.

À la place, devrait "pousser" un petit bâtiment composé d'un local commercial en bas et d'appartements en haut. Bon, sans doute plus "rentables" , mais doit-t-on vraiment sacrifier le patrimoine local au nom de la rentabilité?
Toujours est-t-il que la démolition pourrait avoir lieu à la mi-mai, sauf miracle.

Ah oui ! j'oubliais la "meilleure". en fait, le Maire souhaite démolir l'école car elle n'est pas de plein pied et les personnes à mobilité réduite ne peuvent pas y accéder. Une petite rampe d'accès serait tout à fait faisable, mais elle est jugée inesthétique, donc démolition !

Parfois je me demande quand même si certaines décisions ne sont pas prises trop hâtivement.

Dernier problème, la principale association de sauvegarde est une association "d'opposition", donc Monsieur le Maire voit dans ce combat contre la démolition de l'édifice un "règlement de comptes".

C'est dans ce genre de cas, où nous avons un rôle à jouer en tant que médiateurs. Car effectivement, on peut nous reprocher de ne pas être des acteurs locaux, mais justement, c'est grâce à cet "éloignement géographique", que nous pouvons justifier d'une totale neutralité, car nous défendons le patrimoine et rien d'autre, tout le reste ne nous regarde pas.

Nous mettrons donc tout en oeuvre pour aider au mieux les défenseurs de ce petit patrimoine, même si les délais sont courts... très courts....


Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous rendre sur le site de l'association locale.

58377233_1702510093229134_4901803440000204800_o
58461659_1702509703229173_3049724438573481984_n57736430_1702509936562483_2964579538018762752_n
58384246_1702510293229114_7667707570546540544_n

Pour la transparence du montant des dons reçus pour Notre Dame de Paris et pour la répartition des bénéfices en faveur du patrimoine en péril

kTbIeyFLlGfUtDX-800x450-noPad

Nous ne pouvions pas ne pas réagir à ce formidable élan de générosité en faveur de Notre Dame de Paris, mais qui finit par être un peu disproportionné.

En effet, je l'avais déjà avancé lors d'une précédente publication, sans attendre que BFM en parle, les dons reçus sont bien supérieurs aux besoins réels nécessaires pour panser les plaies de notre belle Cathédrale.

Il est évident que les souscriptions publiques doivent être utilisées pour la restauration de l'édifice. Les donateurs petits ou grands ne comprendraient pas pourquoi leurs dons iraient à d'autres projets de sauvegarde.

En revanche, l'argent public pourrait très bien être redistribué équitablement. Mais de quelle somme parlons-nous?

C'est le premier objet de cette pétition. Je pense que par respect de tous ceux qui ont fait un geste et plus largement, envers tous les français, le montant exact des dons doit être communiquer de façon régulière, puisque les souscriptions sont toujours ouvertes.

Second objet de la pétition, nous savons tous que l'argent placé à court terme rapporte. Donc, si il est question d'un milliard et demi d'euros, placé à 2% (minimum) cela nous fait 30 millions d'euros par an qui pourraient servir aux restaurations urgentes du patrimoine de nos belles provinces françaises. 30 millions d'euros, ce n'est certes toujours pas assez, mais c'est plus qu'un loto et ce placement n'impacte pas directement les contribuables pour une fois.

Si vous êtes favorables à ces propositions, je vous invite à signer et à partager cette pétition et ainsi faire un geste pour notre petit patrimoine oublié des grandes causes nationales.

Pour signer la pétition, cliquer ici

Presbytère de Bussang : la fin
Voilà, le presbytère de Bussang ne sera plus que poussière demain.

58057774_1700937393386404_7485796580071571456_n
57533055_1700937536719723_99880271922331648_n

Ce petit édifice du XVIII ème siècle avait résisté aux guerres et aux tempêtes, mais il est mort aujourd'hui à cause du "déni" des hommes.

Bien évidemment, il n'est pas mort devant les caméras du monde entier, car les Vosges, ce n'est pas Paris et un modeste presbytère ce n'est pas une Cathédrale.

Nous avons encore eu un petit espoir de voir sa magnifique charpente sauvegardée à titre de "mémoire", comme le Maire l'avait envisagé. Mais non, même pas... à la benne l'histoire locale, à la benne la mémoire des petits bâtisseurs...

57870548_1700941756719301_7777497444417273856_o
Aujourd'hui c'est à Bussang et demain ?
En attendant, voici l'accusé de réception de mon courrier reçu par le Maire de la commune le 18. Vous avez son nom et l'adresse de la Mairie, donc si vous avez envie de lui adresser quelques compliments, je pense qu'il en sera ravi !

57572649_1700941896719287_9164984971532697600_o

Mars 2019

Non à la démolition du presbytère de Bussang !

qUbFZsMMNKWPzJc-800x450-noPad

Après avoir été durant de nombreuses années, favorable à la sauvegarde de ce patrimoine emblématique de Bussang, la municipalité vient d'annoncer sa volonté de démolir son presbytère.

De nombreux projets ont été proposés afin d'offrir un avenir à l'édifice, mais la démolition est actée. Sans une forte mobilisation citoyenne afin de venir en aide à toutes les associations de sauvegarde locales, l'avenir du presbytère est compromis.

C'est la raison pour laquelle nous avons lancé cette pétition "de la dernière chance", en espérant que les plus hautes instances de l'État seront sensibles à notre appel.

Merci à vous tous pour votre soutien.

Pour signer la pétition, cliquez ici.


"Le patrimoine ne peut pas lutter, ensemble nous pouvons."

En savoir plus:

La question du Presbytère de Bussang : historique

Edifié entre 1725 et 1735 : sa destruction, envisagée en 2008, et évitée alors par un mouvement de la population et d’associations historiques et de patrimoine, a été à nouveau envisagée et votée par le Conseil municipal en avril 2018 .

Etudié par l’ouvrage de Marie Françoise et Jean François Michel, Maisons de cure et presbytères anciens des Vosges,  ( Editions Guéniot 2004  ), qui note en particulier les fenêtres cintrées, signe de leur époque, et  situe le bâtiment  parmi les presbytères les plus remarquables du département, l’édifice a été visité le 25 juin 2018 par l’architecte des Bâtiments de France, et , sous réserve de  quelques travaux (notamment la charpente côté ouest ), a été jugé sain .Outre sa charpente remarquable, à l’intérieur les faux marbres (époque de l’Ecole de Nancy ? ) ont suscité l’intérêt .

Le responsable du Service Territorial d’Architecture et de Patrimoine, venu le 25 juin, a estimé que « le bâtiment pourra repartir pour cent ans, moyennant quelques travaux élémentaires ». Notons que à la Révolution, le maire avait déjà envisagé de raser la maison, jugée « vieille et sujette à beaucoup de réparations » pour agrandir la place publique .Un négociant de Remiremont toutefois en fit l’acquisition et la répara .

Ce bâtiment public est, avec la Popote du Théâtre ( Auberge des Trois Rois de 1714 ) , et avec l’église proche de cette époque, le seul bâtiment d’envergure de Bussang, et un des très rares de notre vallée, qui donne un cachet XVIII è siècle unique au centre de Bussang . L’architecte du Parc Naturel des
 
Ballons des Vosges souligne aussi l’appartenance de ce presbytère  à un ensemble de constructions de même époque typiques de la vallée de la Thur .

C’est ce qu’a noté dans l’entretien qu’il nous a accordé  François Vannson, Président du Conseil Départemental , pour nous manifester son soutien en novembre 2018.
Le Conservateur du Patrimoine et archéologue départemental voit dans le Presbytère un édifice cohérent , dans un ensemble de même, Donnant au centre le cachet de petite ville de caractère .
Situé dans le square Maurice Pottecher, avec un buste de celui-ci, fondateur du Théâtre du Peuple,le Presbytère est au centre du Parcours Pottecher .
Il a été de 2012 à 2017 le point de départ officiel et artistique de la saison d’été du Théâtre du Peuple .

Un sursis pour le sauvetage ?

En mai 2018, l’association « RECRE Vivre et Créer à la Montagne » s’est portée volontaire pour réhabiliter  le bâtiment et y développer une activité associative et culturelle . La municipalité a accepté de lui donner sa chance, d’ici courant 2019. L’accueil par le Maire a été alors très positif .Toutefois, Les travaux d’urgence , de mise en sécurité et d’embellissement que l’association s’était engagée à effectuer étaient conditionnés à la signature d’une convention, elle-même devant intervenir après le désamiantage . Or, celui-ci n’a été effectué que courant janvier 2019, et dès avant , le Maire a annoncé aux vœux 2019 sa décision de détruire le Presbytère . Et aucune intervention de notre part n’a été possible . Car, depuis l’été, la position de la municipalité était devenue beaucoup moins favorable, le Maire nous faisant état d’opinions ou d’intérêts inverses se manifestant; D’où une sensibilisation de la population, entreprise par RECRE aux Journées du Patrimoine, puis par plusieurs réunions publiques, le Maire et le député
participant à l’une d’elles .Un projet de tiers lieu culturel, soutenu largement aussi par les artistes professionnels et amateurs de la région, et par les associations d’histoire et de
patrimoine, a été présenté . Puis une consultation directe de la population a commencé , donnant en décembre 2018 déjà 187 réponses positives sur ce projet à Bussang ( contre trois négatives ), et 290 réponses positives avec la proche région .) Le Président de la Fédération des Sociétés Savantes d’Histoire des Vosges, Christian Euriat, nous a assuré du soutien de sa Fédération , et incite les Sociétés de sa fédération à soutenir à leur tour le projet de réhabilitation du Presbytère . Il a également écrit au Maire .
 
L'idée a été avancée aussi de créer à Bussang un lieu d’histoire locale qui manque totalement : ancienne frontière, col de Bussang ,  château légendaire, anciennes mines de la région, histoire ouvrière textile et de petite métallurgie ( usine Pottecher  ), témoignages concrets et humains autour de l'épopée du Théâtre du Peuple, centre originel depuis 1895 d'un nouveau théâtre populaire précurseur d'Avignon .
Le Presbytère fut d'ailleurs le lieu où résida au XIX è siècle le curieux abbé Morizot,qui crut en de fabuleuses "mines d'or".  Tandis que Maurice Pottecher , fondateur du Théâtre, y suivit son catéchisme ! 

Le Presbytère, au coeur historique de Bussang,  se prêterait particulièrement à accueillir une telle initiative .
 
Début janvier 2019 un dossier complet de demande de protection a été déposé à la DRAC Grand Est et a été pris en compte par celle-ci
( courrier du 23 janvier )

Derniers développements:
 
Un nouveau projet de sauvegarde, dans une réunionavec le Maire, le Parc Naturel Régiona des Ballons des Vosges  et le CAUE, devait être étudié le 25 janvier . Réunion ajournée. Le délégué des Vieilles Maisons de France, Jean François Michel, après un courrier au Maire, a publié une prise de position vigoureuse dans Vosges Matin du 31 janvier .
Simultanément, l’Association RECRE s’adressait au Maire pour demander , dans l’attente des conclusions de la DRAC, une réunion des associations locales, pour réfléchir ensemble sur l’aménagement du cœur ancien de la ville, quelles que soient les orientations se dégageant de la réflexion : 9 associations étant représentées parmi les signataires de la consultation, soit présidents et responsables, soit membres notables de ces associations.

Le précédent invoqué est une réflexion des associations suscitée en 2008 autour du Presbytère par l’actuelle municipalité . Une consultation des instances régionales, Département, Parc, CAUE, Architecte des Bâtiments de France, est aussi souhaitée . Ainsi que des associations régionales d’histoire et de patrimoine, émues par le devenir du Presbytère de Bussang.
 
Enfin, un dossier vient d'être envoyé à la mission Stephane Bern, et acté par celle-ci.

RECRE " Vivre et Créer à la Montagne"                                                                       
Le collectif de sauvegarde du presbytère de Bussang                                               
Urgences Patrimoine 




Février 2019

Bétange

A l’ouest de Thionville, sur la commune de Florange (57190), en Moselle, se trouve Bétange, un ensemble architectural et environnemental unique constitué d’un château, d’un parc de 65 hectares entouré par une grille en fer forgé de 3600 mètres de long et d’une allée d’accès principal composée de 300 marronniers centenaires. Cet ensemble est intégralement inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques car il témoigne, dans cette région industrielle, de l’histoire de la grande sidérurgie Lorraine. Par ailleurs, Bétange constitue un poumon vert exceptionnel dans l’environnement très urbanisé du sillon lorrain.

Ce coin de paradis est actuellement menacé par le projet d’autoroute A31 bis dont les 4 tracés présélectionnés à ce jour passent tous dans le périmètre de protection ISMH de 500 mètres à proximité immédiate des grilles inscrite du parc (co-visibilité), certains tracés allant même jusqu’à couper l’allée d’accès principal de Bétange mais aussi la commune de Florange déjà rudement éprouvée par la crise sidérurgique !

Le parc, d’une conception paysagère remarquable, et l’allée d’accès principal longue de 650 mètres bénéficient du label « Refuge pour les chauves-souris » décerné par la CPEPESC Lorraine avec la présence notamment d’une espèce protégée, le Grand Rhinolophe. La LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) y a recensé plus d’une cinquantaine d’espèces d’oiseaux et nous soutient dans notre combat.

Depuis quatre ans, nous nous battons pour demander que le périmètre de protection ISMH soit respecté, que Florange soit préservé, que l’allée d’accès ne soit pas coupée. À défaut, nous pensons indispensable qu’au moins un tunnel soit créé le long du parc pour limiter la pollution atmosphérique, sonore et visuelle. 

La période de concertation s’est achevée le 25 février dernier et, à ce jour, aucun projet de tunnel n’a été budgété ni même étudié pour être soumis à l’arbitrage du préfet de la région Grand-Est, monsieur Jean-Luc Marx et à la ministre des Transports, madame Elisabeth Borne. 

Malgré les courriers de soutien de plusieurs associations, les rencontres avec la DREAL et la DRAC, nos demandes du respect du périmètre ISMH et de préservation de l’allée d’accès ne sont toujours pas prises en compte  !!!

Nous avons besoin de votre aide pour préserver cet ensemble, témoin de l’histoire économique et architectural de la région.

Merci de signer et de partager cette pétition.
 
Le comité de sauvegarde  du Domaine de Bétange.

Urgences Patrimoine.
Pour signer la pétition, cliquez ici.

Saint Gilles de Charonville

Encore une nouvelle "mission" pour Urgences Patrimoine, une "mission impossible", mais impossible n'est pas UP !

C'est l'histoire d'une petite église d'un charmant village d'Eure et Loir d'un peu plus de trois cents âmes.

L'église Saint Gilles de Charonville a, comme tant d'autres dans notre beau pays de France, été laissée sans soin durant des décennies et se trouve aujourd'hui dans un état désespéré. Il faut agir vite, très vite maintenant, afin qu'elle ne s'écroule pas sur le cimetière attenant ou pire, sur l'école toute proche. Charonville a la chance d'avoir un Maire soucieux de son patrimoine local et également, une association dynamique pour la sauvegarde de l'édifice qui dispose déjà d'une certaine somme pour les restauration urgentes.

De plus, le Maire a su gérer sa commune "en bon père de famille" et le budget de celle-ci est positif, ce qui va permettre de baisser les impôts, même si les travaux d'urgence de l'église sont lancés.
Un scénario idéal donc. Malheureusement, il y a une "une ombre au tableau": Une forte opposition au sein du Conseil Municipal empêche la moindre action pour la sauvegarde de l'édifice, prétextant qu'il y a d'autres priorités qu'un "tas de pierres" dont certaines dateraient du XII ème siècle.
Donc, n'étant pas majoritaire, le Maire ne peut pas agir comme il le souhaiterait et l'église se dégrade un peu plus chaque jour.

Nous avons été alertés il y a quelques semaines par une adhérente à Urgences Patrimoine et maintenant, nous sommes en contact avec un habitant du village qui se bat comme un lion pour essayer de sauver "l'insauvable".

Il est d'ailleurs l'auteur d'une pétition en ligne, que je vous invite à signer à la fin de cette publication.

Je dois m'entretenir avec Monsieur le Maire dans les prochains jours et surtout, nous allons alerter Madame la Préfète du département, qui je l'espère accueillera notre alerte avec intérêt et agira rapidement dans l'intérêt du patrimoine de Charonville.

À suivre ....
Pour signer la pétition, cliquez ici.


Décembre 2018

imageedit_1_8417547628
Après plusieurs mois d'attente, nous allons signer la convention qui unira l'Association de sauvegarde des fresques de l'église saint-Louis (ARFESL), la commune de Saint-Pierre-Lès-Elbeuf et Urgences Patrimoine. Cette restauration sera l'un de nos nouveaux projets de ce début d'année 2019.

48971457_1605704342909710_9107689734141902848_n© Crédit photographique: Alexandre Bonnassieux

Bien avant l'accord de notre partenariat nous avions mis en avant le fait que les devis jusqu'alors proposés étaient largement surestimés et que des professionnels renommés pouvaient intervenir pour un prix bien inférieur. Résultat : 30.000 euros économisés pour ce projet.

J'en profite pour rappeler qu'un prix très élevé n'est pas forcément un gage de qualité.

Vous pouvez télécharger le bulletin de souscription ici.

Vous pouvez aussi suivre ce projet sur la page Facebook dédiée, sur laquelle un petit "j'aime" sera le bienvenu.




Octobre 2018

Sauvons l'ancien presbytère de Mamers

RGbRkbmYRNnlDto-800x450-noPad

L'ancien presbytère de la ville de Mamers est aujourd'hui menacé de démolition.

Laissé à l'abandon depuis plus de 25 ans par la direction du centre hospitalier qui en est propriétaire, cet édifice se retrouve aujourd'hui en "état de péril", alors qu'il ne menace pas ruine et qu'il n'est en aucun cas une menace avérée pour la population.

Construit au XIX ème siècle, il fait écho à l'église Notre Dame (classée monument historique en 1911) et fait partie intégrante du patrimoine de la commune.

Malgré les dramatiques inondations de 1904 que la ville a subi, le presbytère a résisté et n'a pas été fragilisé. C'est donc bien le manque d'entretien caractérisé qui a entraîné son état actuel.
Le collectif de sauvegarde qui a été créé afin de trouver des solutions pour la "survie" et la renaissance de ce patrimoine, ont à maintes reprises demandé au propriétaire de mettre l'édifice en vente, afin de lui donner un avenir , mais hélas, ils n'ont jamais été entendus.

Plusieurs projets de réhabilitation ont été proposés, de nombreux acquéreurs se sont fait connaitre, mais en vain. Le propriétaire prétend que cet édifice est une "réserve foncière", dans le cas où, un jour, il aurait les moyens d'agrandir le foyer de l'hôpital. Or l'établissement est fortement endetté, et cet agrandissement ne risque pas de voir le jour.
Le collectif de sauvegarde et Urgences Patrimoine demandent à Monsieur le Ministre de la Culture la mise sous protection d'urgence du presbytère de Mamers, afin d'étudier les solutions proposées par les opposants à cette démolition.

Si le classement au titre des monuments historiques n'est pas envisageable, son inscription à l'inventaire supplémentaire, semble être tout à fait envisageable compte tenu de sa parfaite intégration dans l'ensemble architectural de cette zone, face à l'église classée.

SIGNEZ LA PETITION




Septembre 2018

Pétition pour le Château du duc d'Epernon


A Fontenay-Tresigny en Seine-et-Marne, il était une fois un magnifique château à valeur historique....

Classé par 2 fois, en 1963 et en 1991, le Château du duc d'Epernon est passé en de bien vilaines mains suite a des acquéreurs peu scrupuleux dont un promoteur immobilier récemment... Il a été abandonné par l'Etat auquel il revenait de verifier que ce pourquoi il avait été protégé depuis 55 ans, était bien entretenu et les travaux exécutés.

Interpellé par Antonin Grenier, nous venons de saisir la Direction Générale des Patrimoines et la Préfecture de Seine-et-Marne pour manquements graves.... Si rien n'est fait, ce joyau va finir par s'effondrer.... et notre mémoire historique disparaître à jamais.

42696548_766130367066130_3208534629619335168_n

SIGNEZ LA PÉTITION !!!!

___________________________

Non à la démolition du "Petit Château de Navarre"


PplIzVsqkRuZhCK-800x450-noPad

POUR SIGNER LA PETITION CLIQUEZ ICI


Encore un très bel exemple de notre patrimoine du XIX ème siècle qui dans quelques jours ne sera plus que poussière.


Situé à Evreux dans le quartier de Navarre cet élégant et fier édifice, propriété d'une association catholique, sera démoli sans état d'âme et apparemment, sans raison. Certes la restauration semble être fort coûteuse, mais il n'y a aucune urgence à vouloir le détruire. Pas d'état de péril imminent et aucun projet immobilier prévu, puisque le terrain est situé en zone inondable et que de ce fait, aucun permis de construire ne sera accordé.

Il s'agit bien ici d'une destruction abusive. Aucun projet alternatif n'a été envisagé et encore moins, la vente à un privé qui aurait pu le sauver. 

Nous nous posons aujourd'hui une question: Pourquoi cette volonté de détruire tous les témoins du XIXème siècle qui n'ont pas la "chance" de bénéficier d'un classement ou d'une inscription à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques? Ce château est pourtant le fleuron de ce quartier, faisant écho à l'église qui lui fait face. Cette destruction achevée, c'est un pan de l' Histoire industrielle de la ville qui disparaîtra , laissant orphelins des centaines d'habitants qui entre 1930 et 2004 ont été scolarisés dans ces murs.

Certes une pétition est un bien faible moyen de défense, mais elle permet de diffuser l'information au plus grand nombre et de sensibiliser nos concitoyens et nos élus à ce problème de démolition abusive. Les propriétaires publics ou privés, devraient au moins chercher des solutions alternatives avant d'agir de façon irréversible. 

C'est pour cette raison qu'aujourd'hui encore, nous demandons à Madame la Ministre de la Culture, mais aussi à Monsieur Stéphane Bern, fraîchement nommé "Monsieur Patrimoine" par Monsieur le Président de la République, d'examiner au plus vite ce cas désespérant, sachant que Monsieur le Préfet du département de l'Eure s'est déjà ému de cette destruction et qu'avec l'expertise de professionnels du patrimoine, il a lui même dénoncé cette démolition.

Hélas, ce château est une propriété privée. Le seul et unique moyen de le sauver est une demande de protection d'urgence. Nous espérons donc que les instances compétentes agiront très rapidement, afin de préserver ce lieu d'Histoire et de mémoire.

" Le Patrimoine ne peut pas lutter, ensemble, nous pouvons!!! "

________________


Avril 2018 : Loire-les-Marais

Notre engagement pour la sauvegarde du patrimoine n'est pas une nouveauté et une fois encore, Urgences Patrimoine se mobilise afin de venir en aide à une commune de moins de 500 âmes, soucieuse de l'avenir de son église.

30594787_1358271484319665_6546633112787302487_n
Cette église n'est ni inscrite, ni classée à l'inventaire des monuments historiques. Non, c'est église est juste la figure discrète d'un petit village de Charente Maritime. Cet édifice ne dois pas être condamné, juste du fait de son "non-classement". Cet édifice a le droit de reprendre sa place au cœur du village, afin de remplir à nouveau sa fonction cultuelle et de participer à l'attractivité touristique de la commune et, donc, à son économie.
le Maire a déjà beaucoup œuvré pour cette restauration, mais il manque 4000 euros pour boucler la première tranche des travaux et ainsi, pouvoir ré-ouvrir les portes de l'édifice.

C'est donc tout naturellement que nous lançons cette petite souscription.

Bien évidemment, vos dons sont défiscalisables et à votre demande un reçu fiscal vous sera remis.

Loin des patrimoines "emblématiques et médiatiques" qui eux bénéficient de beaucoup plus d'aides et subventions, ce "petit patrimoine" rural qui est pourtant le visage même de la France risque un jour de disparaître, si la mobilisation citoyenne ne vient pas à son secours.

" Le patrimoine ne peut pas lutter, ENSEMBLE, nous pouvons"

POUR FAIRE UN DON CLIQUEZ SUR LE LIEN:
https://www.cotizasso.com/participation/ensemble-pour-la-restauration-de-l-eglise-de-loire-les-marais-17/2116


Moragne : église Notre Dame de l'Assomption

« Plafond fragile, l'église interdite au public », Sud Ouest, 16 janvier 2018

Pétitions UP 2018

Arles : Halle Lustucru
"Non à la démolition de la halle Lustucru à Arles »

Rouen : lustres de l'opéra de Rouen

"Non à la grande braderie du patrimoine national ! Sauvons les lustres de l'opéra de Rouen"

Boisseron : château de Boisseron
"Aidez-nous à sauver le château de Boisseron »


Dans le cadre du RGPD (Règlement Général de la Protection de Données), nous vous informons que vous avez la possibilité de nous demander la suppression de vos données. Si tel était le cas, merci de nous l'indiquer par retour de message (webmaster@urgencespatrimoine.fr). Néanmoins sachez que nous ne récoltons aucune information personnelle.