Pour polémiquer suivez la flèche !

57289440_1697232557090221_6994913506407481344_n

Alors que mardi soir nous étions tous unis face à la tragédie qui frappait Notre Dame, dès le lendemain, nous n'étions plus en "communion".

Sur les réseaux, tout le monde s'écharpe et on oublie très vite ce qui un instant nous a rassemblé.

Alors comme je suis "un peu" impliquée dans la cause du patrimoine, je vais me permettre un point de vue qui bien entendu n'engage que moi et qui ne peut en aucun cas être une vérité absolue.

L'élan de générosité des grandes fortunes françaises et même internationales me semble une très bonne chose, et quand on a de l'argent, on a bien le droit de l'utiliser comme on veut.

Donc bravo aux Arnault, Pinault, Bettencourt...

En revanche, on peut s'étonner qu'à l'époque où l'on cherchait désespérément 50 millions d'euros pour restaurer la charpente, la toiture et la flèche de l'édifice, personne n'ait répondu présent. Mais peut-être que personne n'a eu l'idée de solliciter ces grandes fortunes. Bon, admettons.

Ah oui, justement, la flèche parlons-en. Alors même que la Cathédrale porte encore tous les stigmates de la catastrophe, on nous balance un concours international d'architecture pour donner un "coup de jeune" à la vieille Dame.

Délire mégalomane ou simple effet d'annonce, le sujet fait "causer" dans les chaumières. Euh... Et si cet incendie était simplement un signe des bâtisseurs qui auraient souhaités voir leur oeuvre revenir dans son état d'origine? D'accord, là je vais trop loin et personne, surtout pas moi, n'a le droit de s'opposer à l'évolution architecturale, sinon je vais encore passer pour une vieille réac !

Enfin delà à imaginer un toit végétalisé sur un patrimoine classé à l'UNESCO c'est "pousser le bouchon un peu loin Maurice".

Ce qui a poussé dans cette triste affaire, ce sont les "cagnottes" en tout genre.

D'ailleurs, on m'a reproché de ne pas en avoir lancé une, mon mari en tête, mais j'ai refusé catégoriquement de mêler à cette hystérie collective.

Pourquoi? Parce que justement, la mobilisation des grandes fortunes était telle, qu'il était inutile de faire appel à la générosité publique.

Comme je ne suis ni architecte, ni professionnelle du patrimoine, j'ai fait "appel à un ami" qui lui travaille sur toutes les cathédrales d'Europe pour lui faire confirmer ce que je pensais. Un milliard, c'est très largement suffisant pour soigner Notre Dame dans les règles de l'art. En combien de temps? La aussi les polémiques vont bon train, mais entre nous, le temps n'a pas d'importance, seul le résultat compte. Cinq ans, dix ans, vingt ans c'est l'avenir qui nous le dira.

En revanche, j'aimerais que l'on m'explique ou va "dormir" l'argent des donateurs. Car cette manne financière ne va pas rapporter qu'à Notre Dame. Les sous bien au chaud jusqu'à la fin des travaux, ça va rapporter gros et les bénéfices de cet argent placé, ne vont certainement pas aller à la sauvegarde du patrimoine.
Autre interrogation: Comme pour l'instant personne n'est en mesure de chiffrer exactement le montant des travaux et que les dons continuent d'affluer que va devenir le "trop perçu"?

Je vois passer beaucoup de publications dans lesquelles les gens espèrent une redistribution pour la restauration d'édifices plus modestes.
Euh... les miracles n'ont lieu qu'à Lourdes les amis et le Premier Ministre a été très clair: "tout sera très encadré pour éviter les dérives et le moindre centime récolté en faveur de Notre Dame ira à Notre Dame." Chouette alors ! ne cherchez plus à polémiquer sur les matériaux à utiliser pour refaire la charpente, ne coupez pas les arbres de nos forêts Normandes ou Bourguignonnes, avec un peu de chance il y aura deux milliards de dons, donc, envisageons directement de réaliser une charpente en or massif ça ira plus vite et ça mettra tout le monde d'accord !

Bon, c'est un peu léger tout ça et faire un peu d'humour après une telle catastrophe est sans doute un peu déplacé. Mais comme le disait Beaumarchais "je me presse de rire de tout de peur d'être obligée d'en pleurer". Car je sais bien que cette "catastrophe nationale" ne va pas être le début d'une prise de conscience de l'état misérable dans lequel se trouve le patrimoine de la France. Non, je pense sincèrement que nous les "petits les sans grades" qui nous battons au quotidien pour le petit patrimoine de nos territoires, nous allons devoir "ramer" deux fois plus. J'entends déjà les gens nous dire : "vous comprenez, j'ai fait un don pour Notre Dame, j'ai fait mon "devoir", alors votre église romane de Charonville , votre Abbaye de Saint Pé de Bigorre, votre Synagogue d'Elbeuf ou votre maison d'Alphonse Daudet à Draveil, débrouillez vous avec ! ben voyons....

Enfin n'ayez crainte braves gens et dormez tranquilles. Dans quelques années grâce à votre générosité la belle Dame de pierre aura retrouver sa superbe pendant que sur nos territoires, nos châteaux et nos églises auront laissé leur place à de jolis parkings !

Si certains sont prêts à nous aider à lutter pour la sauvegarde du petit patrimoine en péril et qu'ils n'ont pas tout donné à Notre Dame un don même tout petit sera le bienvenu :
https://www.cotizasso.com/participation/don-libre/2446…
#notredamedeparis
#pasdepolémiques
#lepatrimoinenepeutpaslutterensemblenouspouvons
#neregardonsplusagissons

Afin de s'adapter aux nouvelles réalités du numérique, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), doit faire évoluer les réglements en vigueur. Le RGPD a pour objectif de protéger tous les membres de l'Union Européenne concernant la protection de leurs données personnelles, ces informations sur lesquelles les entreprises s’appuient pour proposer des services et des produits. Ce texte tend à devenir le texte de référence dans l'ensemble de l'Union Européenne, remplaçant ainsi une directive datant de 1995. C’est l’occasion pour nous de vous réaffirmer notre engagement de transparence et l’attention particulière que nous portons à la protection de vos données personnelles. Dans le cadre du RGPD (Règlement Général de la Protection de Données), nous vous informons que vous avez la possibilité de nous demander la suppression de vos données. Si tel était le cas, merci de nous l'indiquer par retour de message. (contact)

Néanmoins sachez que nous ne récoltons AUCUNES informations personnelles