Le silences des agneaux


Hier je me suis rendue dans un lieu que j'affectionne particulièrement sur les hauteurs de Rouen. J'avais découvert cet endroit en septembre et j'avais été séduite immédiatement par un indescriptible mélange de grandeur et d'humilité. Quatre jolis moutons aux pieds d'une Jeanne d'Arc enchaînée, contemplant la ville qui l'avait trahie, faisaient du lieu, un lieu à la fois solennel et populaire.
26169480_315338488951224_2377892783200146475_n
Mais hier, je n'ai pu que constater l'incommensurable bêtise humaine. Mes quatre moutons ont été bel et bien décapités il y a quelques jours. C'est sans doute armés de burins et de marteaux que les vandales ont opéré.

Acte prémédité bien entendu, laissant l'édifice triste et dénaturé. La mairie a confirmé l'acte de vandalisme, mais a été incapable de dire si les têtes avaient été récupérées ou non, afin d'envisager une éventuelle restauration. Bien entendu, "l'affaire" n'a pas été médiatisée pour ne "pas faire de vagues", mais aujourd'hui, la question que l'on doit se poser est: doit-on laisser détruire les traces de notre passé en toute impunité?

Je ne sais même pas si une plainte contre X a été déposée, mais j'ai bien l'intention de suivre cela de près, afin que ces pauvres bêtes, retrouvent leur tête le plus rapidement possible. Je pense que certains de mes amis tailleurs de pierre n'hésiteront pas à mettre leur savoir-faire au service du patrimoine mutilé.

Hasard ou coïncidence, les têtes sont tombées à quelques mètres de la tombe du Père Hamel mort en martyr le 26 juillet 2016.....