Saint-Valentin

Faites plaisir sans vous ruiner et contribuez en même temps à la sauvegarde du patrimoine !!!
"Aimer c'est bien, adhérer c'est mieux"
pour adhérer maintenant, cliquez sur le lien:
https://www.cotizasso.com/participation/adhesion-urgentiste-5eur/203227798052_1316663735147107_3174348993166786813_o

Halle Lustucru, France 2

Pour tous ceux qui ont signé la pétition lancée par Urgences patrimoine contre la destruction de la Halle Lustucru, voici le reportage diffusé sur France 2 dimanche. Dommage, nous ne sommes pas cités, alors qu'il est clairement dit que c'est cette pétition qui a évité la démolition de l'édifice. Je suis vraiment triste que personne ne daigne reconnaître notre travail et que tout le monde pense que lorsque je demande qu'UP soit citée, c'est pour l'égo. Ceux qui pensent ça n'ont rien compris. Si nous avons besoin de visibilité médias, c'est parce que nous ne demandons aucune subvention, justement pour pouvoir en toute liberté, agir en faveur du patrimoine, mais pour continuer à le faire, il faut trouver des mécènes et des adhérents et pour les trouver, il faut être connu et reconnu ! Enfin, le principal, c'est que la Halle soit sauvée, pour le reste....
D'ailleurs, j'en profite pour remettre ici notre adhésion en ligne ! D'avance merci :

https://www.cotizasso.com/participation/adhesion-2018/2003
https://www.francetvinfo.fr/…/chemins-de-traverse-la-halle-…

Comment effacer l'Histoire? Mode d'emploi (Bénaville)

Voilà la triste histoire du manoir de Bénaville en Alsace, qui en rappelle tant d'autres, notamment celle du Château de Lagny Le Sec, démoli abusivement en juin 2017.
26648777_1227839034027476_776764496_n
Comment réduire en poussière le patrimoine 20ème siècle ? Rien de plus simple :

Il suffit à la commune, ou dans ce cas présent à  la communauté de communes, de préempter un édifice lors de sa mise en vente et de le laisser à l'abandon. Le temps, les éléments et les squatteurs seront les meilleurs alliés de ces élus démolisseurs, qui achètent un bien sous couvert d'un beau projet de valorisation, mais qui à priori, ont d'autres projets en tête .
26695081_1227840707360642_119120038_o
Mais revenons à la genèse de l'histoire, racontée ici par un amoureux du patrimoine qui a essayé tant bien que mal d'alerter l'opinion, mais hélas, en vain...

« Voici un résumé de l’histoire récente, et dramatique, de l’édifice : Converti en centre de convalescence dans les années 1960, il est l’objet d’une préemption pour 1,1 million d’euros par la communauté de communes de la Vallée de la Bruche au début des années 2000. C’est ensuite une bataille judiciaire rocambolesque de près de 10 ans qui a fait rage autour de ladite préemption. On accusait la Communauté de commune de préemption abusive alors que le domaine devait être acheté par une association confessionnelle. Elle a finalement eu gain de cause et a tenté de calmer l’opinion en laissant miroiter une reconversion en centre d’accueil de handicapés, dont les sources bien informées ont bien vite su qu’aucun projet n’existait. Sa vraie intention était en réalité de laisser suffisamment se dégrader le bâtiment pour justifier sa démolition.
facade
Pendant 16 ans, on s’est bien gardé de protéger les abords de l’édifice, de faire les réparations qui s’imposaient et de barrer l’accès aux casseurs, squatteurs et autres pillards. C’est la méthode utilisée par la Communauté de commune pour justifier les démolitions de nombreuses maisons de maître des XIXe et XXe siècles dans cette vallée (au moins 4 durant les 10 années écoulées). En 2017, l’édifice, déjà extrêmement dégradé mais sauvable, a été — très opportunément pour son propriétaire — la proie des flammes. Une très belle occasion de détruire l’édifice (décision votée en septembre 2017 par le bureau de la Communauté de communes en septembre dernier dans l’indifférence générale si ce n’est qu'un article des Dernières nouvelles d’Alsace . La décision définitive a été adoptée en décembre. Il a été dit par le Président de la Communauté de Communes que « l’édifice n’avait aucun intérêt », sans doute simplement parce qu’il est du XXe siècle, et qu’il ne mérite donc pas d’être sauvegardé ! Mais aucun édifice du XXe siècle n’a de valeur à ses yeux à ses yeux, lui qui a relayé comme une chose positive dans le journal de la Comcom la destruction d’une très intéressante maison régionaliste au cours de l’année 2017 ? Il a aussi estimé que « s’il faisait le choix de le garder, ce serait faire le guignol [sic], que sa responsabilité serait engagée en cas d’accident et qu’il fallait détruire ». La Communauté de communes a bien sûr touché une prime d’assurance après l’incendie (un peu moins de 300 000 euros, il me semble), qui au lieu de servir à une mise hors d’eau très simple à mettre en œuvre, servira à sa démolition. Or, il faut préciser que l’assureur de la Communauté de communes n’est autre que le maire d’une des communes les importantes du secteur et qu’il a pris part au vote de la démolition du château. Cherchez l’erreur ! Mais pour l’instant la maison est toujours debout, certes privée de ses toitures par l’incendie mais il serait bien sûr toujours possible de conserver l’édifice sous forme de « ruine romantique », car il se situe en lisière de forêt à l’écart de toute agglomération. Le prétexte de « fragilisation totale de l’édifice » avancé dans l’article de presse après l’incendie des seules toitures, ne tient pas une seconde si on regarde les photos jointes.
P1080060_gd salon Louis XV vers jardin d'hiver
Voici, exposée de manière un peu rapide et décousue, car il faut faire vite, la situation de l’édifice, qui donne une idée de la souffrance qui est la mienne et celle des descendants de la famille des anciens propriétaires devant ce gâchis invraisemblable, et le spectacle de l’incroyable mauvaise foi de la communauté de communes. »

Voilà comment peu à peu , édifice par édifice, on défigure nos territoires en les privant de leur histoire. À ce rythme que restera-t-il du patrimoine rural des XIXème et XXème siècles dans cinquante ans ?

Aidez-nous à sauver le château de Boisseron

Le Château de Boisseron situé dans le département de l'Hérault est aujourd'hui en grand danger. Acheté il y a des années par un promoteur pour en faire un soit disant complexe immobilier, il est aujourd'hui totalement abandonné, en proie aux squatteurs et aux pilleurs de tout genre. boisseron Nous demandons à Madame Françoise Nyssen, Ministre de la Culture, de placer instamment l'édifice sous protection d'urgence pour trouver une solution avec le promoteur, afin que ce château rayonne à nouveau dans la commune. Personne ne peut s'opposer à un projet immobilier, mais lorsqu'il s'agit d'un patrimoine emblématique comme le château de Boisseron, un minimum de respect envers l'édifice dont les fondations sont plus que millénaires, s'impose sauf à ignorer l'Histoire. Il est important de préciser que le parc est aussi remarquable et qu'il mériterait également la plus grande attention. Nous sommes persuadés que ce Château pourrait être réhabilité de façon intelligente, dans le respect de l'architecture et du patrimoine. Boisseron doit vivre, Boisseron doit briller à nouveau sous le soleil de l'Hérault ! Aidez-nous en signant notre pétition ici.

Moragne (Charente-Maritime)

Un grand merci à notre délégué de Charente Maritime, François Hagneré, pour son engagement envers le patrimoine ! Il est un merveilleux ambassadeur de notre ONG. Je me permets de publier son post de ce matin:

« MORAGNE (Charente-Maritime) : la voûte de l'église s'effondre, Urgences patrimoine intervient.

Appelé par la Mairie de Moragne, je me suis rendu à l'église où la voûte s'est effondrée. Il s'agit d'une voûte en plâtre sur lattis. J'ai effectué un premier diagnostic d'urgence, et j'y retourne demain avec mon ami Bouloumou Alex, Compagnon du Devoir afin de présenter notre solution et faire des propositions.

26757819_1978214979117098_6578455926645432501_o

Je serai également de nouveau à Saint-Nazaire-sur-Charente en vue de la restauration de la charpente. Nos églises rurales méritent toute notre attention, elles sont notre mémoire. Je tiens à saluer les maires, les adjoints et les bénévoles que je rencontre. Leur dévouement pour leurs communes est exemplaire. Je les remercie pour leur chaleureux accueil. Tous sont très attachés à leurs villages et je les comprends. Que notre campagne est belle !
Urgences patrimoine dont je suis le délégué pour la Charente-Maritime a besoin de vous. N'hésitez pas à adhérer ou envoyer vos dons. Ils seront bien employés. Merci !
https://www.cotizasso.com/participation/soutenez-nos-actions-up/1991 »

Bilan 2017

En ce début d'année, il est important de faire un petit bilan des actions d'Urgences patrimoine en 2017, car n'oublions pas qu'en plus de la communication réseaux, c'est avant tout sur le terrain que nous agissons. N'oublions pas non plus qu'UP est jusqu'à présent uniquement portée par des bénévoles, qui bien souvent, faute de financement sont obligés de réduire plus qu'ils ne le voudraient leurs interventions. Cette année, les dons et adhésions représentent 3750 euros, dont une grande partie a été utilisée pour le combat contre la démolition du Château de Lagny le Sec. Comme nous ne demandons pas de subventions, cette somme a été notre seul et unique budget. Cependant, nous avons tout de même pu réaliser de nombreuses actions, dont certaines ont été de grandes et belles victoires qui prouvent que, pour nous, le patrimoine n'est pas un business mais bel et bien un véritable engagement envers le patrimoine et tout le patrimoine, pas seulement celui qui est médiatique ou prestigieux.

Nous allons bien entendu faire en sorte de continuer notre combat quotidien contre le "déni du patrimoine" et nous allons surtout continuer à "inventer" des actions permettant la mise en place de solutions efficaces pour l'avenir, notamment en développant " Un Geste à l'Edifice", opération qui a pour but de développer le mécénat de compétence, permettant ainsi aux collectivités en particuliers de réduire considérablement les coûts de restauration de leur patrimoine local.
2018 sera une année de changement pour nous. Comme je l'ai indiqué il y a quelques jours, nous allons devenir une fédération, afin de donner plus de poids aux délégués départementaux ou régionaux qui souhaiteront être indépendants, tout en bénéficiant de notre réseau et de notre visibilité et d'autres associations locales pourront elles aussi nous rejoindre.

Le projet en Côte d'Ivoire, devrait également être un de nos projets phare tourné vers l'international, car il est évident que la sauvegarde du patrimoine est une problématique mondiale et développer des projets ailleurs que sur notre territoire n'est pas une utopie mégalomane, mais plutôt une action de bon sens permettant de mutualiser les réseaux, les talents et surtout les belles initiatives pouvant servir d'exemples.

Je saisi ici l'occasion de remercier publiquement tous les bénévoles sans qui certains projets de sauvegarde n'auraient pu voir le jour. Leur investissement donne de nouvelles lettres de noblesse aux notions d'engagement et d'altruisme.

Nos nombreuses actions menées à leur terme ou en cours prouvent donc combien rien ne peut se faire sans volonté et malheureusement sans argent. Surtout si nous acceptons le pari de grandir et de prendre la place que nous méritons.

Aussi pour qu'Urgences patrimoine puisse continuer à agir, je ne peux que vous inviter à nous soutenir en cliquant sous le lien ci-dessous :

https://www.cotizasso.com/part…/soutenez-nos-actions-up/1991

"Le patrimoine ne peut pas lutter, ensemble, nous pouvons"
ACTIONSUP2017

Le silences des agneaux


Hier je me suis rendue dans un lieu que j'affectionne particulièrement sur les hauteurs de Rouen. J'avais découvert cet endroit en septembre et j'avais été séduite immédiatement par un indescriptible mélange de grandeur et d'humilité. Quatre jolis moutons aux pieds d'une Jeanne d'Arc enchaînée, contemplant la ville qui l'avait trahie, faisaient du lieu, un lieu à la fois solennel et populaire.
26169480_315338488951224_2377892783200146475_n
Mais hier, je n'ai pu que constater l'incommensurable bêtise humaine. Mes quatre moutons ont été bel et bien décapités il y a quelques jours. C'est sans doute armés de burins et de marteaux que les vandales ont opéré.

Acte prémédité bien entendu, laissant l'édifice triste et dénaturé. La mairie a confirmé l'acte de vandalisme, mais a été incapable de dire si les têtes avaient été récupérées ou non, afin d'envisager une éventuelle restauration. Bien entendu, "l'affaire" n'a pas été médiatisée pour ne "pas faire de vagues", mais aujourd'hui, la question que l'on doit se poser est: doit-on laisser détruire les traces de notre passé en toute impunité?

Je ne sais même pas si une plainte contre X a été déposée, mais j'ai bien l'intention de suivre cela de près, afin que ces pauvres bêtes, retrouvent leur tête le plus rapidement possible. Je pense que certains de mes amis tailleurs de pierre n'hésiteront pas à mettre leur savoir-faire au service du patrimoine mutilé.

Hasard ou coïncidence, les têtes sont tombées à quelques mètres de la tombe du Père Hamel mort en martyr le 26 juillet 2016.....